EVALUONS LA BIODIVERSITE DES BORDS DE ROUTE

Evaluez la biodiversité sur les bords des routes

Vous habitez Grand-Poitiers ? Entrez dans la peau d’un botaniste...

Vous contribuerez ainsi à la connaissance du patrimoine floristique des bords de routes sur le territoire de Grand Poitiers !

Si vous croisez l’une de ces 3 espèces sur les bords de route, signalez-le en indiquant le lieu, avec photo de préférence. 

Trois espèces sont particulièrement recherchées : 

Le Bleuet des champs

La Renouée du Japon 

L’Ophrys abeille 

Cette plante dite « messicole » (habitant les moissons) est très connue du grand public. Pourtant elle disparait à grande vitesse de nos paysages cultivés. C’est une espèce « quasi menacée » à l’échelle du Poitou-Charentes.

On la reconnait facilement par ses fleurs bleues. Elles sont disposées comme une couronne tout autour d’un axe central. Ses feuilles sont entières, allongées et plutôt fines.

Attention à ne pas la confondre avec la Centaurée scabieuse qui a de grandes feuilles fortement découpées et les autres bleuets « horticoles », échappés des jardins, qui possèdent plusieurs « couronnes » de fleurs.

Votre participation à cette enquête nous permettrait d’en savoir un peu plus sur sa répartition et de proposer des actions concrètes de préservation de cette espèce menacée.

La Renouée du Japon est une espèce invasive par excellence. Importée du Japon, pour le fourrage, l’ornement ou encore l’alimentation, elle colonise aujourd’hui, à une vitesse inquiétante, tous nos paysages. Cette colonisation pose beaucoup de problématiques sur la biodiversité locale et la gestion des espaces communaux car son éradication est difficile. Pourtant nous manquons de connaissances sur sa répartition sur le territoire.

Cette plante est reconnaissable par sa forme « touffue ». La densité de tiges au mètre carré est impressionnante ! Elle peut atteindre 3 m de hauteur pour plusieurs dizaines de mètres carrés d’étalement. Ses fleurs, en grand nombre, sont blanches (de juillet à septembre). Ses feuilles, elles, sont à la fois triangulaires et arrondies et mesurent près de 50 cm de longueur. Ses tiges ressemblent un peu à celles du bambou : elles sont larges, rondes et creuses.

Aidez-nous à améliorer nos connaissances sur cette espèce invasive en contribuant à cette enquête participative !

Bien que commune dans notre département, cette orchidée sauvage peut pousser dans des milieux intéressants. Elle apprécie les milieux secs et plutôt calcaires et peut côtoyer un grand d’espèces patrimoniales (comme d’autres orchidées).

Cette orchidée est reconnaissable à son port élégant constitué d’une longue tige qui porte 3 à 10 fleurs. Ses fleurs sont extraordinairement complexes et variables. La partie centrale (appelée label) ressemble un peu à une abeille, d’où son nom d’Ophrys abeille. Elle est de couleur brun et jaune notamment. Elle est entourée de trois parties allongées comme des feuilles (appelées sépales) de couleur rosée. Ses feuilles sont en rosette comme celles du pissenlit ou de la pâquerette par exemple. Elles sont larges, de forme ovale et vert clair.

Votre participation à sa recherche nous permettra d’en savoir un peu plus sur sa répartition à l’échelle de Grand Poitiers et de découvrir par chance des milieux d’exceptions, comme par exemple des pelouses calcaires.

 

Participants 0 Inviter